06 novembre 2023 ~ 0 Commentaire

L’amour et les forêts, d’Eric Reinhardt, chez Gallimard/folio – Un excellent roman

ReinhardtBonjour à toutes et tous.

Aujourd’hui, je vous parle de « L’amour et les forêts« , roman multi-primé d’Éric Reinhard.

Mon appréciation♥♥♥♥ / 5

Ma chronique sur Babelio : Touché par la lettre de félicitations qu’elle lui a adressée après la lecture de son dernier roman, l’auteur/narrateur accepte de rencontrer Bénédicte Ombredanne. Au cours de leur second entretien, la jeune femme lui raconte le calvaire qu’elle vit au quotidien auprès de son mari, et ses rares tentatives pour sortir de cette domination étouffante.

l-amour-et-les-forets_120x160-bd-768x1046Une fois n’est pas coutume, j’ai lu ce roman très rapidement après avoir vu son adaptation cinématographique par Valérie Donzelli. J’étais motivé par l’animation prochaine d’un débat sur le thème de l’emprise.

J’ai été enthousiasmé par la première partie du roman, rapportant le contenu des discussions entre le narrateur et Bénédicte Ombredanne, que l’auteur ne nomme jamais autrement, ce qui crée une ambiance très factuelle, type « témoignage de justice ».

La seconde partie, qui relate un entretien avec Marie-Claire, la sœur jumelle de Bénédicte, m’a un peu déçu. Peut-être parce que cet échange vient nuancer la personnalité de la jeune femme  et contrebalancer un peu la perversité de l’époux. Aussi sans doute, du fait de l’écriture ; j’y reviendrai.

ReinhardtBénédicte, le personnage central du Roman, est présentée sous deux éclairages qui mettent en relief des facettes nuancées. Le comportement du mari semble faire l’unanimité contre lui. Marie-Claire, la jumelle, semble plus équilibrée. On peut juste s’étonner, et cela contribue à créer des ombres dans le portrait de Bénédicte, qu’elle n’apparaisse jamais dans les propos de sa sœur.

La forme de la narration est intéressante. L’auteur y rend compte d’entretiens un peu comme s’il avait lui-même vécu les événements. La lecture est relativement aisée. Le lecteur n’est pas perturbé par un excès de vocabulaire précieux ou un abus de figures de style.

J’ai cependant trouvé l’écriture de la seconde partie moins légère, moins fluide, que celle de la première. Dommage pour cet excellent roman qui aurait pu être un vrai coup de cœur.

 

 

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus