11 mars 2021 ~ 0 Commentaire

Les femmes d’Heresy Ranch, Melissa Lenhardt, le cherche midi – Presque un coup de coeur…

LenhardtMon appréciation : ♥♥♥♥ / 5

Ma chronique sur Babelio : À la mort de son mari, Margaret Parker a été dépossédée de son ranch par un riche propriétaire, le colonel Connolly. Avec les amis qu’elle hébergeait, les sœures Stella et Joan, Jehu et sa compagne Hattie, une ancienne esclave noire, elle tente de survivre et pour cela organise un hold up contre la banque du colonel.

Le groupe crée ensuite Heresy Ranch pour y domestiquer des chevaux sauvages. Le ranch devient bientôt la base arrière du gang de Jed Spooner, l’amant de Margaret. Cette dernière poursuit sa vengeance contre le colonel et sa famille en menant quelques attaques contre leurs biens. À l’issue de l’une d’entre-elles, Claire Trumbull, une écrivaine, décide de se joindre au gang Parker pour en écrire l’histoire, celle d’un gang de femmes dans une Amérique très machiste…

Lenherdt

Des personnages hauts en couleur et parfois ambigus, une belle histoire de vengeance dans un ouest américain encore très sauvage et où la notion de justice est très relative, de l’amour et de l’amitié : tous les ingrédients sont réunis pour un bon western.

Souvenirs de l’ancienne esclave, extraits des journaux de deux des principales protagonistes et copies d’articles de la presse locale de l’époque, tels sont les instruments de la narration. Un format qui permet de multiplier les points de vue, de donner du rythme et de distribuer progressivement les rebondissements, mais nécessite parfois de revenir un peu en arrière pour remettre les chapitres dans leur contexte, surtout si l’on ne lit pas le livre d’une seule traite.

L’écriture est agréable, fluide, facile à lire (il faut donc également féliciter la traductrice). Peut-être pourrait-on reprocher un style trop uniforme : trois personnages écrivent ou racontent dans le roman, tous à peu près dans le même style…

Personnellement, le gros bémol que je mettrais sur ce roman concerne la psychologie des personnages. Même si Margaret et Claire ont des personnalités assez torturées, on est quand même dans un affrontement entre les bons et les méchants digne d’un western des années 50, où les personnages manquaient un peu de nuance… Dommage, car cela aurait pu être un vrai coup de cœur.

Merci à Babelio et aux éditions le cherche midi de m’avoir fait découvrir ce très bon roman.

 

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus