20 janvier 2021 ~ 0 Commentaire

Sombre dimanche, Alice Zeniter, Albin Michel – Un roman singulier sur une sombre Hongrie !

ZeniterMon appréciation : ♥♥♥♥♥ / 5

Ma chronique sur Babelio : Imre vit avec son grand-père, également prénommé Imre, son père Pál, sa mère Ildiko et sa sœur aînée, Ági ou Agnès, dans la petite maison de famille, accolée aux voies de chemin de fer, à l’arrière de la gare de Budapest. Chaque année, le 2 mai, le grand-père se saoule en chantant une chanson qui commence par « Sombre dimanche ». Il a traversé la guerre de 39-45, dans une Hongrie alliée aux nazis puis envahie par la Russie, puis la rébellion de 1956, réprimée dans un bain de sang par les russes. Bientôt ils connaîtront 1989 et la fin du communisme.

Mais aux soubresauts de l’histoire viennent s’ajouter les secrets de la famille que finira par découvrir Imre, adolescent devenant un jeune adulte…

Prenez deux dictatures successives et une tentative de révolte échouant dans une féroce répression, ajoutez-y quelques secrets de famille bien gardés, passez le tout à la moulinette de la fin du communisme en 1989, vous obtenez une formidable machine à broyer des vies humaines. D’emblée, on sait que le sort de la famille Mándy ne sera pas ordinaire : qu’est-ce qui pousse le grand-père à se saouler tous les ans à la même date ? Pourquoi Pál n’est-il pas prénommé Imre, comme tous les premiers héritiers de la famille depuis des siècles ? Pourquoi est-il si apathique ? Pourquoi la famille tient-elle tant à sa maisonnette si inconfortablement nichée entre les voies de chemin de fer ? Autant de questions que le lecteur ne peut manquer de se poser et auxquelles l’auteure apportera progressivement des réponses dans la seconde partie du livre, entretenant intelligemment une forme de suspense.

Mais avant d’apporter ces réponses, Alice Zeniter nous aura fait partager la vie de la famille, dont les membres forment une sorte de cocon, qui finira par imploser, autour du fils. Le roman démarre lentement. Je ne suis pas certain que la narration s’accélère réellement par la suite, mais les événements se précipitent, bousculant la vie familiale.

Un roman singulier, présentant une facette sombre de la Hongrie, un peu difficile à apprivoiser mais qui finit par se laisser lire avec aisance.

 

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus