13 septembre 2020 ~ 0 Commentaire

Humanité et Biodiversité – 1430 renards sauvés en Seine-Maritime

Renard_pif0004970

La récente actualité autour du renard nous amène à espérer qu’enfin une nouvelle perception de l’animal avance dans la Société.

Le tribunal administratif de Rouen a suspendu le 4 septembre dernier (lire l’ordonnance du tribunal) l’arrêté préfectoral autorisant l’abattage de 1430 renards en Seine-Maritime aux motifs de dégâts que causerait l’animal. Le 20 juillet 2020, le préfet de Seine-Maritime signait un arrêté autorisant l’abattage nocturne par des lieutenants de louveterie de 1430 renards sur son département.

La LPO et plusieurs associations de protection de la nature déposaient alors un recours en référé contre cette décision arguant du fait que les dégâts invoqués aux élevages avicoles ainsi que les risques sanitaires que pourraient engendrer la présence des renards n’étaient pas avérés. Aucun motif ne permettait donc de justifier l’organisation de battues administratives en plus de la chasse au renard déjà autorisée. Au titre de son contestable classement comme « espèce susceptible d’occasionner des dégâts », les renards font en effet l’objet d’une régulation avec la possibilité d’installer des pièges et de les déterrer toute l’année, de pratiquer des tirs d’été et de les chasser pendant les périodes réglementaires.

C’est certes le résultat d’une forte mobilisation de la part des associations et des citoyens. Mais n’oublions pas aussi que l’actualité a porté à la connaissance les travaux d’un chercheur du Muséum national d’histoire naturelle qui a clairement mis en lumière que stopper la chasse au renard n’entraînait pas une augmentation des populations vulpines.

Le renard est un maillon important de la chaîne alimentaire, en ce qu’il préserve l’équilibre entre prédateurs et proies. Alors que les produits toxiques néfastes à l’environnement sont toujours utilisés afin de lutter contre les rongeurs, certains agriculteurs commencent à défendre les renards et reconnaître les services qu’ils leur rendent. Chaque année, un renard est en effet capable d’attraper jusqu’à 6000 petits rongeurs qui détruisent les cultures. Le renard est donc un allié important pour les agriculteurs et représente une solution gratuite et non polluante. Friand de végétaux, il participe à la dissémination des graines de diverses essences d’arbres par ses déjections. Enfin, en tant que charognard, il participe à l’élimination des animaux malades et des cadavres. Il freine ainsi les possibles propagations d’épidémies ou l’expansion de la borréliose de Lyme.

Des bonnes nouvelles qui incitent à continuer à nous mobiliser notamment en répondant aux consultations publiques afin que les Préfets suivent l’avis général de la population et que d’autres décisions similaires suivent pour d’autres départements. Il se passera certainement encore beaucoup de temps avant que notre goupil soit enfin réhabilité ; près d’un demi-million d’entre eux sont encore tués chaque année selon l’ASPAS. Mais nous sommes sur la bonne voie.

Tags: ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus