27 août 2020 ~ 0 Commentaire

La neuvième heure, Alice McDermott, Quai Voltaire – Très bon moment de lecture

McDermottMon appréciation : ♥♥♥♥ / 5

Ma chronique sur Babelio : Annie est enceinte quand son mari Jim se suicide. La jeune femme trouve un emploi à la blanchisserie du couvent voisin, à Brooklyn, où sa file Sally grandira entourée de l’affection de sa mère et des soeurs.

Annie trouve également, et secrètement, du réconfort auprès du laitier, M. Costello, dont l’épouse est handicapée et hypocondriaque.

Adolescente, Sally pense avoir la vocation et part pour commencer un noviciat à Chicago. Un voyage qui sera déterminant pour la suite de sa vie.

 

McDermott

À travers la vie d’Annie, de Sally et des Petites Soeurs soignantes des Pauvres Malades, Alice McDermott dresse la chronique d’un quartier populaire de New-York au début du vingtième siècle, où la pauvreté et la misère côtoient la compassion,la solidarité et la détermination à vivre.

La forme de la narration est parfois déroutante : l’histoire d’Annie et Sally est contée par les descendants de la jeune fille, et certains allers-retours entre passé et présent surprennent… Mais l’écriture est si limpide, que cela ne nuit pas à la lecture. On vit le drame, le suicide de l’époux, avec Annie. On accompagne Sally adolescente dans sa quête du sens de sa vie et la découverte des « failles » de son caractère.

Maîtrise du contexte historique, consistance des personnages principaux, qualité de l’écriture : trois ingrédients réunis pour un très bon moment de lecture !

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus