06 juillet 2020 ~ 0 Commentaire

Le naufragé, François Colcanap, Slatkine & Cie – Ecriture trop simple pour une vie qui ne l’est pas…

ColcanapMon appréciation : ♥♥ / 5

Ma chronique sur Lecteurs.com : Enfant unique, Joseph grandit entre sa mère, femme au foyer, et son père, marin-pêcheur, dans un petit port, quelque part sur la côte, à l’écart de la ville. Sa voie est tracée : il suivra les pas du père et deviendra pêcheur. Mais un drame en décidera autrement, faisant basculer Joseph dans une vie d’adulte où il se sent étranger.

L’auteur a choisi de faire de Joseph son narrateur. Ce parti pris s’avère extrêmement structurant pour le livre et l’a rendu décevant pour moi.

Joseph est un garçon simple, intelligent mais peu éduqué. Il raconte donc sa vie, et décrit son environnement, avec des mots simples, ceux du langage courant. Il peine à mettre de l’emphase pour décrire les drames qu’il traverse, les succès que lui permet son bon sens, ou les transformations majeures de son environnement.

Colcanap

Il en ressort une impression de platitude, de vie trop linéaire, d’environnement immuable. Pourtant il va s’en passer des choses, des ruptures même, dans la vie de Joseph ; attendues parfois (on n’arrête pas la modernité !), ou plus surprenantes, mais tout cela semble étouffé sous un discours trop simple.

A l’extrême, on peut avoir le sentiment que Joseph vit sa vie sans être trop concerné par ce qui lui arrive, par ceux qui l’entourent, à une ou deux exceptions près, ou par son environnement.

Ce n’est qu’au dernier chapitre qu’on comprendra que Joseph y est dans doute plus sensible qu’on ne pourrait le croire. Un  peu tard  ! Dommage…

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus