12 juin 2020 ~ 0 Commentaire

Humanité et Biodiversité – Blaireaux massacrés : notre lettre ouverte à la Ministre Elisabeth Borne

Marc_leclercq_-_flickr

Blaireaux massacrés, Madame BORNE, que fait votre ministère ? Quels moyens faut-il employer pour faire entendre notre voix ?

22 députés vous ont interpellée en demandant que cesse la pratique de la vénerie sous terre qui fait honte à notre pays, l’un des derniers en Europe à l’autoriser. 62 parlementaires demandent la fin des pratiques archaïques des chasses dites « traditionnelles ». Des dizaines de milliers de nos concitoyens signent des pétitions, atterrés par des vidéos révélatrices d’une cruauté et d’une sauvagerie insupportables.

Dans le Pas-de-Calais, malgré une consultation publique au résultat sans appel (95% contre l’extension des périodes de chasse du blaireau par déterrage), le préfet décide de valider ce projet d’arrêté voulu par 5% des signataires. D’autres préfets suivent, faisant fi des consultations…

Les réponses faites par la Préfecture ne sont en aucun cas satisfaisantes car elles se contentent d’affirmer sans prouver : Quelles sont ces enquêtes ? Par qui ont-elles été menées ? Sous quel protocole ? Y-a-t-il eu des publications ? Si oui, lesquelles ?…

En fait, on comprend bien que ce dossier à charge ne repose sur quasiment aucune étude mais sur des chiffres fournis (par qui ?) sans validation reconnue.

S’il fallait une confirmation supplémentaire de ce parti pris, il suffit de constater que la préfecture répond que :

  • « le bien-être animal est un engagement pris par les veneurs » et… de visionner les vidéos d’un déterrage !
  • « les blaireautins sont sevrés dès le 15 mai » en oubliant de dire qu’ils vivent toujours dans la blaireautière encore dépendants de leur mère.

Madame la Ministre, à quoi servent les consultations ?

Que signifient ces consultations publiques sinon un passage obligé pour le préfet qui n’a cure des résultats (à l’exception de quelques-uns, il y en a !), mais se soucie de satisfaire les demandes du monde cynégétique, tout au moins une partie, car bien des chasseurs ne cautionnent pas cette barbarie. Cette pratique cessera soit parce que les blaireaux disparaitront, soit parce que nous l’aurons décidé, en sachant pertinemment que cette décision va dans le sens de l’évolution de notre Société. Les pratiquants de la vénerie sous terre appartiennent déjà au passé et l’avenir, entre les mains des jeunes générations, est autrement plus bienveillant envers le monde animal.

La France a pris des engagements pour enrayer l’effondrement de la Biodiversité,
La France accueille le Congrès Mondial de l’UICN à Marseille ,
La France se veut exemplaire,
Qu’elle soit cohérente en interdisant, sur son territoire, la vénerie sous terre.

Tags: ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus