02 mai 2020 ~ 0 Commentaire

Confinés (poème)

Confiné

Confinés
  
Véhicules abandonnés le long des trottoirs.
Rues quasi désertes,
Une berline, une camionnette, un bus.
Des vélos.
 
Rares piétons faisant leurs courses,
Promeneurs ou joggeurs,
Qui s’écartent et se croisent,
Échangeant un mot, un sourire, un geste.
 
Silence sur la ville !
Écoutez le chant des oiseaux,
Observez hérissons, belettes et renards dans les jardins,
Animaux dans la ville, de plus en plus proches.
 
Pavillons et grands appartements : geôles dorées !
Les voisins se parlent et s’entraident,
Les rues et quartiers deviennent des villages.
Vision rose du confinement.
 
Espace insuffisant, promiscuité : cellules surpeuplées !
Les familles s’entassent, s’énervent. L’argent manque.
Et parfois, la violence !
Vision noire de l’enfermement.
 
29 avril-1er mai 2020
© Michel Giraud, mai 2020
IMG_1163

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus