25 mars 2020 ~ 0 Commentaire

Laurent Joffrin – Libération – Ils savaient ?

De la haine sur les réseaux sociaux : intéressante analyse !

*****

Libération 24 mars 2020
Laurent Joffrin
La lettre politique de Laurent Joffrin

Ils savaient ?

Gilets jaunes toujours là (malgré le coronavirus ou à cause de lui) ? On sait que le mouvement de protestation de l’année dernière s’est effiloché dans la dispersion et la division et que les leaders gilets jaunes se sont vite retrouvés en chemise. Aussi bien, ceux qui se sont présentés aux élections européennes ont pris une veste. Mais leur esprit n’est pas mort : il vit sur les réseaux. En témoigne le succès – difficile à mesurer – du hashtag #IlsSavaient.

Thème général : par incompétence ou malignité, «ils» c’est-à-dire «les élites», quoique informées du danger, ont géré la crise en dépit du bon sens ; elles ont surtout cherché, en tout égoïsme, à se protéger elles-mêmes en laissant le bon peuple sans défense face au virus. La lecture du fil Twitter #IlsSavaient est édifiante. Insultes, accusations haineuses, vitupérations diverses et variées, «informations» non sourcées ou bien attribuées à des entités vagues («la Chine», «le pouvoir», «ils») : tout y passe et pire encore.

L’ennui, c’est que dans ce fatras poujadiste, tout n’est pas toujours faux. Les confessions d’Agnès Buzyn, déformées et amplifiées comme il se doit, ont joué un grand rôle. Il est clair que les paroles apaisantes de la ministre au tout début de la crise, suivies quelques semaines plus tard d’un repentir médiatisé, ont accrédité l’idée d’un double langage au sommet de l’Etat. Ce à quoi les pouvoirs publics répondront que les scientifiques, initialement, ont parfois (souvent ?) tenu les mêmes propos lénifiants, croyant sincèrement que la pandémie chinoise resterait limitée. Nuance qu’on ne lira évidemment pas sur #IlsSavaient…

De même, le discours tenu en haut lieu sur la double question des masques et des tests a engendré la confusion. Il apparaît de plus en plus clairement que l’on a minimisé leur utilité pour la seule raison qu’on en manquait. Pieux mensonge destiné à prévenir la panique et à réserver leur usage aux personnels soignants. Mais mensonge tout de même.

Il faut toutefois ajouter que le déstockage massif décidé à partir de 2011 faisait suite à un mouvement d’opinion inverse : Roselyne Bachelot, qui avait pris des mesures spectaculaires et dispendieuses au moment de l’épidémie H1N1, avait été ensuite l’objet d’une moquerie universelle, doublée d’une accusation de gaspillage éhonté des ressources de l’Etat. Il apparaît après coup qu’on en a trop fait à l’époque et pas assez ensuite. Erreur à coup sûr. Mais erreur commise de bonne foi, dans le souci d’économiser l’argent du contribuable. Rappelons que le procès en dilapidation des deniers publics est une constante de «l’esprit gilet jaune» et du discours anti-élites. Autre nuance qu’on ne lira pas sur #IlsSavaient…

Cible habituelle du même courant d’opinion : les politiques, ces pelés, ces galeux. Chaque fois qu’une ou un élu annonce qu’il a été diagnostiqué positif, il est pris sous un déluge de tweets haineux. On pourrait en déduire que le virus, indifférent à la lutte des classes, touche aussi «les élites». Pas du tout : ces annonces montrent, selon les adeptes du hashtag vengeur, que les politiques se font tester en priorité, au mépris de toute règle d’égalité devant la maladie.

Problème : les élus mis en cause ont répondu. Emmanuelle Wargon, ministre macronienne, a été testée à distance, comme tout un chacun. Valérie Boyer, élue LR des Bouches-du-Rhône, a recouru aux services des équipes du professeur Raoult, qui testent tous ceux qui se présentent, pas seulement les politiques. Christian Jacob, chef de LR, a été hospitalisé après avoir éprouvé des symptômes graves et a donc été testé comme tous ceux qui sont dans son cas. Souffrant d’affections grippales inquiétantes, Eric Coquerel, député insoumis, n’a pas pu se faire tester. «Dire que les députés peuvent se faire tester à leur demande est faux», dit-il, fort en colère. Là encore, ces précisions n’apparaissent pas sur le fil #IlsSavaient. Ainsi va le débat public sur les réseaux, qu’il s’agisse du coronavirus ou de tout autre sujet.

LAURENT JOFFRIN
Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus