18 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

Toutes blessent, la dernière tue, Karine Giebel, belfond – Noir, très noir, et haletant !

GiebelMa note : ♥♥♥♥ / 5

Ma chronique sur Babelio : Tama est une esclave. Achetée au Maroc après la mort de sa mère, elle est au service de bourreaux qui ignorent la pitié et l’exploitent nuit et jour. Mais Tama a un secret : en cachette elle a appris à lire, ce qui lui permet de s’évader en rêve. Jusqu’à une rencontre qui pourra la sauver ?

Gabriel vit seul dans un hameau isolé. Il n’en sort que pour pour faire ses courses et aller assassiner les personnes qu’on lui désigne. Quel est son but ? Un jour, une jeune femme blessée et amnésique trouve refuge dans sa grange. Pour sa sécurité, Gabriel devrait la tuer, mais il ne peut s’y résoudre et la soigne.

giebalDeux histoires s’entrecroisent dans ce long roman. On sent bien qu’elles vont finir par se rejoindre, mais peut-être pas tout à fait comme on pourrait s’y attendre…

Deux histoire d’une violence extrême : pas une once d’humanité ou de retenue chez les bourreaux. Ceux par qui le salut peut venir, marqués par des passés violents, hésitent entre la compassion, l’amour et les coups. Seules les esclaves, et un petit enfant, apportent une lueur d’espoir…

Le style utilisé, des phrases et des chapitre courts et un texte haché, l’alternance entre les deux narrations, Tama et Gabriel, donne au roman beaucoup de rythme. On pourrait être rebuté par tant de violences, mais finalement c’est le désir de découvrir le dénouement qui l’emporte. Une lecture presque addictive.

Un roman noir, très noir, et haletant !

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus