08 décembre 2019 ~ 0 Commentaire

L’esprit de la nuit, James D. Doss, 10/18 Grands Détectives – Le choc dépaysant entre traditions et cupidité !

DossMa note :  ♥♥♥ / 5

Ma chronique sur Babelio : Après le passage d’une tornade, Nathan McFain, propriétaire d’un ranch à la limite de la réserve Ute, découvre une défense de mammouth sur son terrain, en limite de propriété. Une équipe de scientifiques conduit les fouilles, dont les découvertes pourraient révolutionner les connaissances historiques sur les primo occupants d’Amérique du Nord.

Un petit escroc, Horace Fly, réussit à se faire embaucher dans l’équipe. Une nuit, il disparaît, et avec lui une pièce essentielle découverte sur le site, qui prouverait que le mammouth a été tué par des chasseurs trente mille an plus tôt. Charlie Moon, policier ute dans la réserve, se convainc rapidement que la disparition de Fly n’est pas volontaire.

Deuxième opus des enquêtes de Charlie Moon que je lis, après Le Canyon des ombres (voir ma chronique ici). L’intrigue est basée sur le choc entre les traditions des indiens Ute et la cupidité du rancher blanc, du petit escroc et même, d’une certaine façon, des archéologues qui pilotent les fouilles

Doss

Le récit démarre lentement, au rythme de la vie des Utes ? Il s’accélère sur la fin, peut-être un peu trop, conduisant à présenter des conclusions d’enquête qui n’ont pas toujours été bien préparées.

Les jeux d’acteurs autour des fouilles et des découvertes induites sont plutôt bien décrits. En revanche, j’ai trouvé que les traditions indiennes étaient un peu trop « survolées », ne permettant pas de bien comprendre les « phénomènes para-normaux » qui émaillent le récit. Il faut la narration d’une chasse au mammouth, 30 mille ans plus tôt, pour remettre les choses en place.

C’est un roman qui se lit lentement, où il faut apprécier les nuances de l’écriture, plus proche de Tony Hillerman que dans Le Canyon des ombres (où l’intrigue policière était plus présente).

Dommage que ce soit plus un polar ethnologique sur « les blancs dans les réserves indiennes » que sur les indiens eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus