22 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

Le coeur de l’Angleterre, Jonathan Coe, nrf Gallimard – A l’intérieur d’une tranche de vie anglaise

Coe

Ma note : ♥♥♥♥ / 5

Ma chronique sur Babelio : 2010-2018, une tranche de vie anglaise. Benjamin et Loïs viennent d’assister à l’incinération de leur mère. Il leur faut maintenant s’organiser pour aider leur père à vivre. Benjamin vit seul dans sa nostalgie, au bord d’une rivière, ré-écrivant en permanence un roman qu’il ne parvient pas achever. Loïs vit un compagnonnage distant avec Christopher, son mari. En rentrant des obsèques, Sophie leur fille commet un excès de vitesse, infraction  qui lui permettra de rencontrer Ian. Doug, chroniqueur politique et meilleur ami de Benjamin, subit l’adolescence difficile de sa fille Coriandre tout en essayant de comprendre où les politiques veulent conduire son pays. Un pays où monte progressivement le rejet de l’Europe, attisé par les calculs politiciens, jusqu’au brexit. Des tranches de vies au sein d’une Angleterre bouleversée par des mutations dont elle n’est pas toujours consciente…

coe

Jonathan Coe nous fait partager presque dix années de la vie d’une famille et de leurs amis, proches ou qui le deviendront : on s’aime, on s’affronte, on se quitte, on se retrouve… Dix années marquées par la montée de la xénophobie et le rejet de l’Europe : les étrangers deviennent responsables de tous les maux. Jusqu’au traumatisme du brexit.

Au fil des pages on vit le flegme de la campagne, la frénésie des villes, le cynisme des politiques, la peur des lendemains, l’amour, la mort, l’amitié.

Pas beaucoup d’action dans ce texte ; l’auteur s’efforce de nous faire partager le quotidien de quelques anglais plutôt pas trop défavorisés, mais qui n’en ont pas totalement conscience.

C’est écrit d’une plume alerte, avec une bonne dose d’humour et de dérision (d’auto-dérision ?). Les pages se laissent avaler tranquillement. On aurait presque envie de s’installer dans un fauteuil, d’allumer une pipe et la cheminée, d’avaler une gorgée de bière ou de whisky de temps en temps et de tourner les pages en se laissant bercer par le crépitement de la pluie sur les carreaux. C’est ça la magie de Coe : il ne nous raconte pas l’histoire, il nous la fait vivre !

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus