11 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

Léviathan, Paul Auster Actes Sud – Décidément j’ai du mal avec Paul Auster…

AusterMa critique sur Babelio : Un homme est mort, déchiqueté par une bombe artisanal qui lui a explosé entre les mains. Très vite, l’écrivain Peter Aaron devine qu’il ne peut s’agir que de son ami Benjamin Sachs, lui-même écrivain, disparu depuis quelques années. L’auteur décide alors de relater la vie de Sachs dans un livre auquel il donne le titre d’un ouvrage inachevé de son ami, Léviathan. Aaron y dévoile tout se qu’il sait, pour l’avoir vécu avec lui ou parce qu’on le lui a raconté, du parcours de son ami. Il dispose de beaucoup d’informations dont les enquêteurs du FBI ne disposent pas encore, mais qu’ils finiront par découvrir. Le moment venu, il leur remettra le manuscrit pour éclairer la quasi totalité des zones d’ombre de l’enquête.

A travers ce livre, Auster décrit le parcours de jeunes gens, nés à la charnière des années 1940-1950, qui pnt été plus ou moins traumatisés par la guerre du Vietnam. Certains s’en sortiront bien, d’autres sombreront dans les errements de l’alcool, de la prostitution ou de la violence.

Auster 4

J’ai retrouvé dans cet ouvrage, le second que je lis de cet auteur, le style d’écriture que j’avais peu apprécié dans son dernier livre 4321. Je pense avoir compris ce qui me dérange dans ce style : des JE, ici 3, imbriqués : l’auteur, Paul Auster, écrit à la première personne (le premier JE) pour raconter l’écriture d’un livre par son héro Peter Aaron, qui lui même écrit à la première personne (le deuxième JE) l’histoire de son ami Benjamin Sachs, en citant le plus souvent à la première personne (le troisième JE) Sachs et les personnes qui l’ont connu racontant les épisodes que Aaron n’a pas vécu. Assez déroutant !

La première partie est lente et très descriptive. Le triple JE la rend plutôt aride. La seconde partie, après l’accident qui aurait pu coûter la vie à Sachs, et qui le fera basculer dans la violence, est plus rythmée, et d’un abord plus facile

J’ai lu ce livre, considéré comme l’un des chefs-d’oeuvre de Paul Auster, pour me réconcilier avec son écriture après la lecture de 4321 que j’ai peu apprécié. Objectif pas totalement atteint…

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus