17 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

Honoré et moi, Titiou Lecoq, L’Iconoclaste – Un portrait jubilatoire

HonoréMa critique sur Babelio :

Merci à Babelio et à L’Iconoclaste de m’avoir permis de découvrir ce livre.

Nous connaissons tous Honoré de Balzac, génial auteur de La Comédie humaine. Nous connaissons moins bien l’homme.= qui se cache derrière l’écrivain.

Avide d’argent mais piètre gestionnaire, ils vivra lourdement endetté toute sa vie.

Amoureux transis tout autant qu’infidèle, il mettra des années à conquérir les femmes de sa vie.

CaptureEn recherche de reconnaissance et de pouvoir, il ne se satisfera jamais de ce qu’il avait acquis.

Egoïste, puéril et ingrat, il rejettera toujours la responsabilité de ses échecs sur les autres, notamment sa famille et particulièrement sa mère…

C’est cette homme là que nous raconte Titiou Lecocq avec sa gouaille. Elle nous le décrit sans chercher à embellir son caractère ou travestir ses actes. Mais elle y met tant d’amour, qu’elle finit par nous le rendre sympathique, ce diable d’Honoré !

Avec son langage et son sens de la narration, elle nous dessine le portrait jubilatoire d’un écrivain de génie qui n’a pas su surpasser ses démons pour s’imposer comme un homme d’influence, à l’image de Hugo ou Zola, au cours de sa courte vie.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus