11 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

Quand le sport business marche sur la tête !

Quand j’étais gamin, on m’expliquait que si les sportifs de haut niveau brillaient par leurs qualités physiques, leurs qualités intellectuelles étaient souvent très en retrait.

Force est de constater que les choses ont bien changé. S’ils sont encore très peu nombreux à avoir fréquenté l’enseignement supérieur, les sportifs de haut niveau ont généralement compris, aidés par leurs clubs et leurs éducateurs, qu’il fallait savoir parler de leur sport au-delà de la forme du ballon ou de la longueur de la piste, et préparer une vie après le sport. Quand je les écoute, sauf exception, j’ai le sentiment qu’ils pourront revenir à une vie plus normale avec d’autres atouts en main que leurs qualités sportives déclinantes… Je ne peux que m’en réjouir !

Il semble en aller tout à l’inverse pour les plus hauts dirigeants sportifs !

diniz

Revenons sur les derniers mondiaux d’athlétisme au Qatar, terminés il y a moins d’une semaine : pensons à la gabegie que représente la climatisation du stade ; imaginons la souffrance des marathonien(ne)s et des marcheurs(euses) sur une corniche saturée d’air chaud et humide  N’était-ce point prévisible ?

 

typhon

Regardons la coupe du monde de rugby au Japon : on y annule des matches parce que des typhons sont annoncés. Quelle surprise ! On est justement dans la saison des typhons… Pour le moment, ces annulations n’ont pas de conséquence grave sur les classements. Mais imaginons, ce qui est encore possible, que l’Irlande soit privée de son dernier match : ce pourrait être pour elle, 4ème nation mondiale en rugby après avoir été numéro 1 en début d’année, purement et simplement l’élimination sur tapis vert ! Où est l’éthique sportive ?

Je passe sur la prochaine coupe du monde de foot, encore au Qatar, déplacée du début de l’été au début de l’hiver en désorganisant tous les championnats nationaux…

Il semble que les décideurs, les plus hauts dirigeants de chacun de ces sports, n’aient plus les idées claires… Je ne sais si c’est parce qu’ils marchent sur la tête, provoquant un afflux sanguin, euphorisant, au cerveau, ou si le dollar (ou l’euro) a remplacé l’hémoglobine qui irriguait leurs neurones. J’ai quand même ma petite idée de la réponse…

Il ne nous reste plus qu’à imaginer quelques autres prouesses à proposer à ces décideurs. Par exemple :

  • un tour cycliste de l’Islande, à programmer entre novembre et mars, sponsorisé par les fabricants  de pneus à clous ?
  • une coupe Davis de tennis sur les sables du Sahara, pour y faire revenir les touristes et supprimer l’avantage qu’ont les gros frappeurs sur les surfaces dures ?
  • en golf, une Rider Cup sur les glaces du Groenland, un parcours financé par Donald Trump. ; si les USA l’emportent, le Groenland en devient un nouvel état ?

J’ai envie de conclure en disant que non, le sport business ne marche pas sur la tête, il est juste aveuglé par le fric ; et c’est encore plus grave !

 

 

 

 

Tags: ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus