02 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

Boréal, Sonja Delzongle, Editions Denoël/Folio Policier – Trop c’est trop !

DelzongleMa critique sur Babelio : Une station d’observation climatique au nord du Groenland ; six scientifiques qui l’habitent pour quelques mois, plus un chien issu d’un croisement avec un loup. Dès la première sortie sur la glace, tout déraille : l’équipe découvre un troupeau de boeufs musqués pris dans la glace depuis des années.  Puis le glaciologue canadien de l’équipe découvre des statues taillées dans la banquise, sept, comme le nombre de membres de l’équipe, chien compris. Des symboles menaçants ? Tout s’enchaîne : le photographe, un jeune étudiant français, est attaqué par un ours ; un autre membre de l’équipe, une scientifique japonaise, se suicide, ou est assassinée ? Le responsable de la mission, un danois, fait appel à une scientifique norvégienne, spécialiste des morts en nombre d’animaux, elle-même en proie à d’énormes problèmes familiaux. Son arrivée, en compagnie d’un journaliste plus ou moins amoureux d’elle (et réciproquement), ne fait qu’aggraver le marasme…

Delzongle

Commençons par le positif :

  • C’est bien écrit, dans une langue à la fois recherchée et facile à lire.
  • L’histoire a du rythme, avec largement ce qu’il faut de rebondissements et de changements de points de vue pour entretenir avec conviction l’attention.
  • L’auteure ne manque pas d’imagination ; peut-être même un peu trop…

Sur le moins bien, je noterai trois points, en y allant crescendo :

  • Commençons par les personnages, pour l’essentiel des caricatures de la malchance et/ou de la duplicité.
  • Continuons avec l’histoire, qui s’appuie sur une somme d’événements hautement improbables (façon, « si le pire devait nous arriver… »), et qui finit pas ressembler à une théorie du complot.
  • Mais je crois que ce qui m’a le plus déplu, c’est le sort réservé aux inuits : dans l’adversité et le souffrance, les blancs, et le black, restent humains, même s’il peut leur arriver de dépasser certains tabous. Les inuits pourraient, eux, sombrer totalement…

On tombe très vite dans l’excès. Dommage car le sujet, d’actualité, est des plus intéressants. Mais trop, c’est trop !

Conclusion ; je n’ai pas du lire de bon livre de Sonja Delzongle. Je vais essayer un deuxième.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus