26 juillet 2019 ~ 2 Commentaires

4321, Paul Auster, Actes Sud/Leméac – Grosse déception…

AusterMa critique sur Babélio : A son arrivée à New-York, le grand-père d’Archie, migrand juif russe, a été baptisé Ferguson par un fonctionnaire d’Ellis Island, suite à une incompréhension. Paul Auster nous conte les quatre vies parallèles d’Archie Isaac Ferguson. Plutôt trois et demi d’ailleurs, puisque l’un des Ferguson meurt dès la fin du second chapitre qui lui est consacré. L’auteur nous fait ainsi traverser l’Amérique de l’après-guerre jusqu’à la fin des années soixante : les guerres de Corée et du Viet-Nam, le mouvement d’émancipation des noirs avec leur cohorte d’émeutes, le mouvement anti-guerre du Viet-Nam, etc. Il nous fait partager les angoisses des jeunes Fergusson, leurs émois amoureux d’adolescents, leurs questions existentielles de jeunes adultes… Il faudra attendre les toutes dernières pages du roman pour apprendre qui est le vrai Archie I. Ferguson et comprendre le point de départ de l’histoire.

C’est le premier Paul Auster que je lis ; un cadeau de Noël. Et franchement, je suis très déçu par rapport à tout ce qui a pu être dit ou écrit sur ce livre. Certes, l’idée de quatre vies parallèles, évoluant différemment selon les événements et personnes rencontrées, est intéressante, d’autant que les personnages sont assez attachants. Mais la façon dont elle est traitée la rend plutôt ennuyeuse : une forme très descriptive, multipliant les détails et les angles de vue ; assez peu d’action et de rebondissements ; très peu de dialogues. On imagine aisément que l’auteur a mis beaucoup de lui-même dans ce livre, et j’en conclus qu’il avait très envie de se raconter, trop…

Le style ne m’a pas plus convaincu. Je le trouve plus ampoulé qu’original, avec des phrases et des paragraphes souvent très longs, ne facilitant pas la lecture. Il me semble qu’un texte plus concis (en l’état, c’est un pavé de plus de mille pages !) aurait pu avoir plus de force.

Bref, une grosse déception, qui va me conduire à lire un autre des succès de l’auteur pour vérifier s’il s’agit seulement d’un rendez-vous manqué avec un livre, ou une incompatibilité plus forte entre Auster et moi.

Tags: , ,

2 Réponses à “4321, Paul Auster, Actes Sud/Leméac – Grosse déception…”

  1. LEVIATHAN EST A LIRE, COMME TOMBOUCTOU. SON DERNIER JE NE L’AI PAS LU.

  2. Marie-Claude Aristégui 26 juillet 2019 à 20 h 37 min

    L’idée est géniale. Le résultat, un peu indigeste, je le concède. Avec quelques beaux passages, cependant. Et puis, bon, il faut le dire, mieux vaut être solide pour parvenir à tenir cet énorme bouquin. Je me souviens, entre autres, d’un exemplaire plus léger… Brooklyn follies du même Paul Auster, excellent.


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus