17 juillet 2019 ~ 0 Commentaire

Médiapart et l’affaire de Rugy – Une enquête digne du stalinisme !

CaptureDe quoi François de Rugy est-il accusé ? D’avoir usé, en tant que président de l’Assemblée Nationale puis ministre, des moyens (chiffrés en centaines de milliers d’Euros) que la République a mis à sa disposition. Ce qu’ont fait tous les anciens présidents de l’Assemblée et tous les ministres avant lui. L’étalage de ce train de vie fastueux peut légitimement choquer et poser question moralement et éthiquement, mais en quoi de Rugy est-il plus coupable que ses prédécesseurs, et probablement nombre de ses anciens et présents homologues du gouvernement ?

Tout au plus, et en soi cela justifie une démission, peut-on légalement lui reprocher d’avoir fraudé le fisc en payant ses cotisations de parti en 2013 et 2014 avec son Indemnité de frais de mandat, ce qui n’était pas interdit jusqu’en 2015, puis de les avoir défalquées de ses impôts, ce qui est beaucoup plus discutable ! Mais on ne parle là que de quelques centaines ou milliers d’Euros. On est loin, très loin, de l’affaire Cahuzac, où un homme avait fauté pour plusieurs centaines de milliers d’Euros, s’était mis dans l’illégalité, et où Médiapart était légitime à le mettre en cause.

Dans le cas de François de Rugy, la charge vise à détruire un homme qui a profité, presque en toute légalité, du système. Et à travers lui à dénoncer un système ? Même pas sûr… On est bien loin des combats de l’ex député René Dosière, qui s’était fait une spécialité de dénoncer les gabegies du train de vie de l’Etat, sans jamais s’en prendre aux individus qui en bénéficiaient. Je l’ai beaucoup plus souvent entendu louer ceux qui contribuaient à la réduction des dépenses…

Les défenseurs de Médiapart nous diront que ce média n’accuse pas sans preuve ; c’est vrai. Mais c’est encore plus grave ! Médiapart accuse, avec des preuves, même quand il n’y a pas faute, semblant appliquer une nouvelle règle : « Salissez, salissez, il en restera toujours quelque chose ! »

Ce qui est en cause dans l’affaire de Rugy, c’st l’insuffisance des règles, et donc du contrôle, concernant l’utilisation des moyens que l’Etat met à disposition de ceux qui le représente. Je comprendrais que Médiapart multiplie les exemples pour illustrer ce constat. On doit pouvoir en trouver dans toutes les assemblées, dans tous les ministères.

Mais Médiapart a choisi de cibler un seul homme, en distillant, jour après jour, les révélations. Des révélations qui ne font pas référence au droit, mais à l’éthique ou à la morale. Quelle est la probabilité que F. de Rugy soit un jour condamné pour ce que Médiapart lui reproche ?

C’est là une méthode qui ressemble tout à fait à celle employée lors des procès staliniens : ensevelir les victimes sous un flot d’accusations plus ou moins fondées, jusqu’à obtenir des aveux sous la pression ; pour Médiapart, l’aveu sera la démission. Ce faisant, on ne dénonce pas un système, mais seulement l’usage qu’en a fait un individu : les staliniens ne voulaient pas la mort de leur système, mais celle de ceux qu’ils pensaient un peu trop critiques. Que cherche Médiapart ?

Je terminerai par trois questions : Pourquoi François de Rugy a t’il été ciblé par Médiapart ? Qui est la prochaine victime ? Quel est l’intérêt de Médiapart dans cette affaire ? Je reviendrai sur cette dernière question…

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus