09 juillet 2019 ~ 0 Commentaire

Heimaey, Ian Manook, Editions Albin Michel – mortelle balade islandaise !

ManookMa critique sur Babelio : Jacques Soulniz embarque sa fille Rebecca dans un périple autour de l’Islande. L’objectif est de renouer le contact avec elle et de revivre un bout de sa jeunesse. Mais dès l’arrivée, les incidents se multiplient : mots anonymes sur le pare-brise de leur voiture, homme étrange dans leur sillage, filature par une voiture rouge… jusqu’à la disparition de Rebecca. Aidé par Kornélius, un flic que ses problèmes d’argent ont transformé en marionnette entre les mains de la mafia locale, Soulniz mettra tout en oeuvre pour sauver sa fille, jusqu’au final dans la petite île de Heimaey, là où tout avait commencé quarante ans plus tôt.

Trois intrigues se croisent dans ce roman : l’enquête de la police à la recherche d’un maniaque qui tue pour récupérer la peau de ses victimes et s’en faire un habit, celle de la pègre pour récupérer deux kilos de drogue disparus lors d’un transit, et enfin celle de Soulniz pour retrouver sa fille disparue. Suffisant pour donner un bon suspens, mais un peu trop peut-être pour qui sait qu’en Islande les crimes sont particulièrement rares… Au final, on se dit que tout cela était quand même assez prévisible.

ManookLes personnages sont bien trempés, font preuve de caractère, rarement tout blanc ou tout noir (à l’exception des mafieux locaux). On reconnaît bien là la patte de l’auteur de Yeruldelgger.

Mais ce qui retient le plus l’attention, c’est la balade islandaise ; presque un guide touristique ! C’est un peu pour cela que j’avais choisi de lire ce livre, avant quelques semaines de vacances dans cette île. Et je n’ai pas été déçu. Petit regret peut-être : la culture islandaise est assez peu abordée, et sous un angle trop caricatural.

Coté écriture, on a quelque chose entre la lenteur et l’emphase des Yeruldelgger, et le rythme haletant de Hunter (du même auteur sous un autre pseudo). Les chapitres plutôt courts donnent un tempo élevé que viennent ralentir les descriptions des sites touristiques ou les états d’âme des protagonistes.

Ce n’est certainement pas le meilleur Manook que j’ai lu, mais le coté « road movie » du livre est intéressant et me semble assez caractéristique de la personnalité de l’auteur (pour ce que j’en sais).

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus