21 juin 2019 ~ 0 Commentaire

Lointain souvenir de la peau, Russel banks, Babel/Actes Sud – Longue introspection des bas fonds…

BanksMa critique sur Babelio : Addict au porno et à la masturbation depuis la pré-adolescence, le Kid, à peine plus de 20 ans, a été condamné comme délinquant sexuel pour avoir fait des avances à une mineure sur Internet. Il doit porter un bracelet électronique et ne peut pas vivre à moins de huit cents mètres d’un lieu fréquenté par des enfants. Il vit, survit, sous un viaduc autoroutier, en compagnie d’autres délinquants sexuels en semi-liberté.

Un jour, il suscite l’intérêt du Professeur, sociologue universitaire atypique, qui s’intéresse au Kid dans le cadre de ses travaux sur les sans-abri, et qui développe une théorie de rupture sur la ré-insertion des délinquants. Le Professeur prend peu à peu le Kid sous son aile. Mais des zones d’ombre apparaissent. Où se cachent les vérités du Professeur, et quelles sont-elles ?

Banks4Banks a situé son roman en Floride, dans une ville, Calusa, et un marais, le Grand Marais de Panzacola, imaginaires, mais dans lesquels on n’a pas de mal à reconnaître Miami et Les Everglades.

Le roman s’intéresse à l’âme égarée du Kid (comment et pourquoi en est-il arrivé là ? Comment peut-il s’éveiller à une vie plus normale ?), et à celle plus complexe du Professeur (un génie dans son domaine de recherche, mais lui aussi avec ses failles, ses ombres et ses secrets, qu’on ne décodera vraiment qu’à la toute fin du livre). La « normalité » n’apparaît que dans les derniers chapitres, lorsque le Kid rencontre Cat et Dolorès, loueurs de bateaux dans le marais et l’Ecrivain, en reportage pour un magazine new-yorkais. Ils aideront le Kid à voir plus clair en lui.

La société américaine en prend également pour son grade, dans la manière dont elle ôte toute chance de ré-insertion aux délinquants : ils ne sont plus en prison, mais leurs libertés de manoeuvre sont tellement restreintes que c’en est presque pire.

Le sujet et les personnages sont très intéressants. L’histoire est bien construite et racontée, entretenant le suspense sur la suite. Dommage qu’il y ait quelques longueurs et lourdeurs qui nuisent à la dynamique de lecture. Russel Banks m’avait habitué à mieux…

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus