14 mai 2019 ~ 0 Commentaire

Démocratie Vivante – Infolettre n°99

DVPar Dominique Villemot

Démocratie Vivante a pour objet d’être un espace de réflexion et une force de propositions sur les réformes que le quinquennat d’Emmanuel Macron doit permettre de réaliser pour faire avancer la France et l’Europe sur la voie de la rénovation démocratique, de la justice sociale et du progrès partagé.

Sujets traités : 

  • POLITIQUE - L’OUVERTURE A DROITE N’AURA PAS SERVI A GRAND’CHOSE
  • EUROPE - EMMANUEL MACRON NE SE SENT PAS LIE PAR LE SYSTEME DU SPITZENKANDIDAT
  • ECONOMIE  - L’EMPLOI DANS LE SECTEUR PRIVE EN HAUSSE POUR LE 17eme TRIMESTRE CONSECUTIF
  • DEVELOPPEMENT DURABLE - LA FRANCE EFFICACE DANS LA LUTTE CONTRE LES EMISSIONS DE CO2
  • FISCALITE - LA COUR DES COMPTES VA DRESSER UN BILAN DE LA LUTTE CONTRE LA FRAUDE FISCALE

 

 

La lettre complète : 

POLITIQUE

L’OUVERTURE A DROITE N’AURA PAS SERVI A GRAND’CHOSE

Il y a deux ans Emmanuel Macron avait fait exploser le système politique français et le clivage gauche-droite, provoquant un véritable séisme et une révolution, comme l’avait annoncé son livre de la fin 2016 intitulé « Révolution ». Il avait commencé lorsqu’il partit du gouvernement de Manuel Valls fin août 2016 en emmenant avec lui les socialistes réformistes, ceux qui avaient regretté que François Hollande n’assume pas sa politique et continue à être l’otage d’un parti socialiste qui critiquait sa politique : Gérard Collomb, Richard Ferrand, Christophe Castaner puis Jean-Yves Le Drian.  Puis, en pleine campagne en mars 2017 il bénéficia du ralliement de François Bayrou, réalisant ainsi l’alliance du Modem et des socialistes réformistes, que ni Ségolène Royal ni François Bayrou n’étaient arrivés à concrétiser en 2007. Plusieurs ministres de François Hollande (Stéphane Le Foll, Marisol Touraine, Myriam El Khomri) bénéficièrent du soutien d’Emmanuel Macron aux législatives.  Au premier tour de l’élection présidentielle Emmanuel Macron obtint 24% des voix en rassemblant la moitié des électeurs de François Hollande de 2012 et les électeurs de François Bayrou de 2012. Il était ancré au centre-gauche, sur un positionnement proche de celui qu’occupait il y a quelques années Michel Rocard. Juste après l’élection il ouvrit sa majorité sur le centre-droit en se ralliant les Juppéistes, dont Edouard Philippe qui devenait son premier ministre, ainsi que Jean-Pierre Raffarin. L’ouverture se fit même plus à droite en direction des sarkozystes avec Gérald Darmanin qui entrait au gouvernement et Christian Estrosi ou Frédéric Lefèbvre qui apportaient leur soutien. S’y est ajouté Bruno Lemaire. La droite éclatait, une partie d’entre elle devenant macroniste, avec notamment la création du groupe Agir à l’Assemblée nationale animé par Franck Riester. Le PS était quasiment mort et Les Républicains bien mal en point. Emmanuel Macron était, comme il l’avait dit dans sa campagne, et de gauche et de droite, n’ayant plus en face que les extrêmes, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Et puis les doutes sont apparus. Les premières mesures de l’été et de l’automne 2017 inquiétèrent les sympathisants de gauche : les ordonnances sur la réforme du marché du travail, la réduction des APL, le remplacement de l’ISF par l’IFI, la « flat tax » sur les produits financiers. Les sympathisants socialistes retournèrent au PS, mais ce parti restait très faible et cela ne gêna donc pas Emmanuel Macron qui garda le soutien des électeurs de gauche qui avaient voté pour lui. Puis l’affaire Bénalla et les gilets jaunes allaient écorner sérieusement l’autorité d’Emmanuel Macron, autorité qui était très appréciée à droite. Beaucoup de sympathisants de droite s’éloignèrent alors d’Emmanuel Macron revenant progressivement chez LR. Et puis, au moment où la popularité d’Emmanuel Macron baisse fortement, il ne fait plus bon de le soutenir, surtout dans la perspective des élections municipales. Ainsi Christian Estrosi, un temps macroniste, et Valérie Pécresse, qui avait critiqué Laurent Wauquiez pour ne pas avoir appelé à voter Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen, ont annoncé leur soutien à la liste LR de Bellamy aux élections européennes. Désormais Emmanuel Macron n’est plus un homme de gauche pour la gauche, c’est un libéral, expression qui en France est connotée négativement et n’est plus un homme de droite pour la droite qui dénonce son laxisme en termes de sécurité et de déficit budgétaire. Il n’est devenu ni de gauche ni de droite. Son positionnement au centre qui était un atout devient une faiblesse. Pour le moment, selon les sondages, il continue à bénéficier du soutien des électeurs de gauche et du centre qui ont voté pour lui. Cela explique que le PS soit scotché à un score très faible. En revanche, les sympathisants de droite qui l’ont soutenu durant la première année du quinquennat sont repartis chez LR, ce qui explique la remontée de la droite dans les sondages. L’ouverture à droite n’aura pas servi à grand’ chose. Le résultat aux élections européennes de la liste LAREM-Modem face au Rassemblement national et à LR est dont très important pour la suite du quinquennat. On comprend qu’Emmanuel Macron s’engage dans la campagne.

EUROPE

EMMANUEL MACRON NE SE SENT PAS LIE PAR LE SYSTEME DU SPITZENKANDIDAT 

La succession de Jean-Claude Junckerà la tête de la Commission européenne pourrait être le théâtre d’une confrontation entre le Parlement européen et le Conseil européen. Le premier tient à enraciner le principe qu’il était parvenu à imposer en 2014, selon lequel la présidence de la Commission échoie à la tête de liste du parti européen capable de rassembler une coalition au Parlement. C’est le principe dit du « spitzenkandidat », mais les traités obligent seulement le Conseil à tenir compte du résultat de l’élection. Lors du sommet européen du 9 mai, Emmanuel Macron, mais aussi Xavier Bettel, le Premier ministre luxembourgeois et Dalia Grybauskaite, la présidente lituanienne, ont émis des réserves. Emmanuel Macron a déclaré : « Je ne me sens absolument pas lié par le système du spitzenkandidat »dans lequel la « cuisine »des partis européens s’imposerait aux citoyens. Pendant ce temps, Antonio Tajani, l’Italien qui préside le Parlement européen, prévenait qu’un rejet des spitzenkandidaten serait « une tentative de limiter la liberté démocratique ».Au cœur de la controverse figure l’Allemand Manfred Weber, candidat des conservateurs européens du PPE qui peut prétendre au poste, mais que certains, dont le président français, ne souhaitent pas voir à cette fonction. Les chefs d’Etat et de gouvernement se réuniront dès le 28 mai pour tenter de jeter les bases d’un compromis au vu du nouveau rapport de force au Parlement européen

ECONOMIE  

L’EMPLOI DANS LE SECTEUR PRIVE EN HAUSSE POUR LE 17eme TRIMESTRE CONSECUTIF

L’embellie se confirme pour l’emploi salarié dans le secteur privé en France. Il a de nouveau progressé de 0,3 % au premier trimestre, conservant le rythme de croisière acquis sur les trois derniers mois de 2018, selon  une estimation publiée le 10 mai par l’Insee. Au total, ce sont 66.400 créations nettes d’emploi qui ont été recensées pour les trois premiers mois de l’année, contre 54.000 au dernier trimestre de 2018. Ce qui correspond à un « plus haut » depuis le quatrième trimestre 2017. « L’économie française se trouve ainsi en situation de créations nettes d’emploi dans le secteur privé pour le 17e trimestre consécutif », soulignent les statisticiens. En rythme annuel, la progression accélère même légèrement à 0,9 %, avec 173.300 créations nettes de postes, après +0,8 % au trimestre précédent. Hors intérim, la progression est de 0,3 % sur le trimestre, avec 54.300 emplois créés en net, et de 1,0 % sur un an (+185.500 postes).

 

DEVELOPPEMENT DURABLE

LA FRANCE EFFICACE DANS LA LUTTE CONTRE LES EMISSIONS DE CO2

Selon l’’indice de la performance environnementale de l’université américaine de Yale, la France est deuxième sur 180 derrière la Suisse, mais devant tous les autres pays avancés comme le Royaume-Uni (6e), l’Allemagne (13e), l’Italie (16e), le Japon (20e) et les Etats-Unis (27e) et très loin devant la Chine (120e).« En termes d’émissions de CO2, la France est le meilleur élève de l’Union européenne, qui elle-même est la meilleure élève du monde », résume Philippe Charlez, un expert qui vient d’écrire  un rapport sur l’énergie en Europepour l’institut Sapiens. Et la quantité qu’elle a émise a baissé d’un tiers depuis quarante ans, davantage que pour l’Union européenne (un quart), tandis qu’elle augmentait de 10 % aux Etats-Unis et de 600% en Chine. Contrairement à nombre de ses voisins, la France a respecté sa première cible du protocole de Kyoto, celui qui portait sur la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2008-2012. Elle a une production moins polluante que la plupart de ses voisins. Son économie est moins néfaste pour l’atmosphère. D’après  les calculs de la Banque mondiale, elle émet 114 grammes de CO2 par dollar de PIB (chiffres 2014, à taux de change assurant la parité de pouvoir d’achat). Parmi les pays avancés, seule la Suède fait mieux, avec 96 grammes. Le Royaume-Uni est à 160 grammes, l’Allemagne à 189, les Etats-Unis à 301.

 

FISCALITE

LA COUR DES COMPTES VA DRESSER UN BILAN DE LA LUTTE CONTRE LA FRAUDE FISCALE

Dans le prolongement de ce qu’avait annoncé Emmanuel Macron le 25 avril, le Premier ministre a adressé une lettre de mission à la Cour des comptes indiquant que « Le moment est venu de dresser un bilan de l’ampleur de la fraude fiscale dans le pays et d’évaluer l’action des services de l’Etat et les outils qui sont mis en place ». Le premier volet concerne l’estimation de cette fraude que le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait déjà tenté d’aborder en promettant de créer un observatoire de la fraude fiscale.  Face à la difficulté de cette évaluation, sensible sur le plan politique, cet observatoire n’a jamais vu le jour. Ce sera donc à la Cour des comptes qu’incombera cette tâche. L’exécutif insistait pour que les travaux soient rendus en septembre, avant le débat sur le projet de loi de Finances. Mais la Cour a obtenu un délai jusqu’en novembre, considérant que cette évaluation demanderait du temps.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus