15 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

Démocratie Vivante – Infolettre n°82

DVPar Dominique Villemot

Démocratie Vivante a pour objet d’être un espace de réflexion et une force de propositions sur les réformes que le quinquennat d’Emmanuel Macron doit permettre de réaliser pour faire avancer la France et l’Europe sur la voie de la rénovation démocratique, de la justice sociale et du progrès partagé.

Sujets traités :

  • POLITIQUE - EMMANUEL MACRON VEUT TRANSFORMER LES COLERES EN SOLUTIONS
  • EUROPE - LA ROUMANIE PREND LA PRESIDENCE TOURNANTE DE L’UNION EUROPEENNE DANS DES CONDITIONS DIFFICILES
  • ECONOMIE  - LA PRODUCTION INDUSTRIELLE A RECULE EN NOVEMBRE
  • DEVELOPPEMENT DURABLE - LA VOITURE DU FUTUR DEVIENT REALITE A LAS VEGAS
  • FISCALITE - LES ETATS EUROPEENS INSTAURENT UNE TAXE GAFA EN ORDRE DISPERSE

 La lettre complète

POLITIQUE

EMMANUEL MACRON VEUT TRANSFORMER LES COLERES EN SOLUTIONS 

Comme il l’avait annoncé lors de ses vœux, Emmanuel Macron a lancé le grand débat national en adressant une lettre aux Français publiée dans la presse at sur les réseaux sociaux. Il précise que le grand débat durera jusqu’au 15 mars et que « vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur Internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l’Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l’étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l’initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales. Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l’intermédiaire légitime de l’expression des citoyens. »Il rappelle que« La France n’est pas un pays comme les autres. Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte.Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l’éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l’effort partagé par tous.C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires. » Et il cadre le débat : « Je sais, bien sûr, que certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n’offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d’où l’on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste. Cette impatience, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d’effort et de travail. » Comme il l’a déjà indiqué le grand débat portera sur quatre thèmes : 1. Les impôts, les dépenses et l’action publique. 2. L’organisation de l’Etat et des services publics. 3. La transition écologique. 4. La démocratie et la citoyenneté. Il déclare « Pour moi, il n’y a pas de questions interdites. » Ainsi l’immigration et la laïcité feront partie des sujets du thème démocratie et citoyenneté. La seule limite posée par le président concerne les baisses d’impôts déjà votées : « Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d’encourager l’investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d’être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. » Il termine en disant que « Nous ne serons pas d’accord sur tout, c’est normal, c’est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n’a pas peur de parler, d’échanger, de débattre. »

Et il conclut « C’est ainsi que j’entends transformer avec vous les colères en solutions. »

Emmanuel Macron engage ainsi un grand débat national sans précédent, tout en s’inscrivant dans la philosophie du programme sur lequel il a été élu : rénovation démocratique, baisses des impôts et maintien de notre modèle social.

Démocratie Vivante va participer à ce débat en déposant une contribution sur la démocratie, la fiscalité et l’écologie.

 

 

EUROPE

LA ROUMANIE PREND LA PRESIDENCE TOURNANTE DE L’UNION EUROPEENNE DANS DES CONDITIONS DIFFICILES

La Roumanie prend pour six mois la présidence tournante de l’Union européenne à un moment où elle traverse une crise politique opposant son président de droite au gouvernement social-démocrate suspecté de vouloir prendre des mesures permettant à ses membres d’échapper aux sanctions pour corruption. L’homme fort des sociaux-démocrates, Liviu Dragnea, déjà condamné pour fraudes électorales, vient d’attaquer la Commission européenne devant la CJUE, espérant remettre en cause un rapport de l’Office européen de lutte anti-fraude qui l’accuse d’un détournement massif de fonds européens. Ce climat de défiance entre la Roumanie et l’Union européenne tombe mal alors que la présidence roumaine va devoir gérer le Brexit, les élections européennes de mai et la négociation sur le budget européen des prochaines années, sans parler de l’épineuse question migratoire.

 

 

ECONOMIE  

LA PRODUCTION INDUSTRIELLE A RECULE EN NOVEMBRE

La production industrielle a reculé de 1,3% en novembre, effaçant la hausse de même pourcentage d’octobre, de nombreux secteurs, comme la chimie, la métallurgie, la pharmacie ou le textile s’affichant en repli, a indiqué l’INSEE. La production manufacturière, qui avait progressé de 1,4% en octobre, a reculé d’autant en novembre. Les grèves dans les raffineries et le début du mouvement des « gilets jaunes » ont pesé sur l’activité en novembre.

 

DEVELOPPEMENT DURABLE

LA VOITURE DU FUTUR DEVIENT REALITE A LAS VEGAS

Au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, la voiture du futur devient une réalité. Les années précédentes on pouvait voir des au CES des concepts relevant encore de la science-fiction. Cette année sur les stands des constructeurs, notamment les allemands, certaines innovations des années précédentes sont déjà disponibles sur les derniers modèles. La voiture connectée est la vedette du salon. Gilles Mabire, PDG de l’équipementier allemand Continental Automotive en France affirme ainsi : « On peut estimer que d’ici fin 2020, 90% des véhicules neufs vendus seront connectés. » Fiat Chrysler a montré un nouveau service permettant de faire ses achats depuis sa voiture. Ford a annoncé que tous ses véhicules seraient dotés en 2022 de systèmes dits « V2X » (vehicule to everything) leur permettant de communiquer avec d’autres véhicules et avec les infrastructures comme les feux tricolores. Le confort se ^personnalise avec l’arrivée des technologies de reconnaissance d’humeur ou de vigilance, des systèmes de chauffage ou de climatisation individuelle, allant jusqu’à la bulle sonore personnelle. S’ajoutent els véhicules autonomes, concentrés sur les navettes. Bosch a montré une navette intelligente et interactive capable de changer de trajet en cas de besoin, d’avertir l’utilisateur en route vers l’aéroport que son vol est retardé ou qu’il a oublié ses lunettes sur le siège. Le cabinet Roland berger estime qu’il se vendra 1 million de navettes intelligentes en 2020 et 2,5 millions en 2025.

 

FISCALITE

LES ETATS EUROPEENS INSTAURENT UNE TAXE GAFA EN ORDRE DISPERSE

Le conseil des ministres des finances européens de mars prochain doit se prononcer sur le projet européen de taxation des GAFA. La France a obtenu le soutien de l’Allemagne à ce projet, mais a dû accepter que la taxe n’entre en vigueur qu’en 2021 et que son assiette soit limitée aux revenus de la publicité en ligne et n’inclurait pas la revente de données. Malgré cela trois Etats restent opposés à l’instauration d’une telle taxe : l’Irlande, le Danemark et la Suède. Comme les décisions en matière de fiscalité nécessitent l’unanimité, les chances que le conseil de mars débouche sur une décision concrète sont très faibles. Plusieurs Etats ont donc décidé d’instaurer unilatéralement une taxe GAFA : l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Italie. L’Autriche vient d’annonce qu’il le ferait aussi en 2020. Avec la France cela fera cinq Etats. Mais la France sera le premier Etat membre à l’appliquer, l’idée étant d’introduire cette taxe dans la loi Pacte qui doit revenir devant le Parlement au printemps, après la tenue du conseil de mars, et de l’appliquer dès 2019.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus