10 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

Humanité et Biodiversité – Pour nous, c’est NON à la chasse des oies en février.

Publié dans Chasse le 10.01.19
Oies

Un projet d’arrêté prévoit la prolongation de la chasse et l’autorise pour:

- les oies rieuses et des moissons, sans quota, jusqu’au 10 février,
- 5 000 oies cendrées partout en France jusqu’au 28 février 2019 (sauf Haut-Rhin et Bas-Rhin).

Le ministère de la transition écologique et solidaire a ouvert une consultation publique, jusqu’au 24 de ce mois.
Notre action en faveur de ces oiseaux ne s’est jamais démentie.

Nous avons de bonnes raisons à faire valoir. Voici les principales:

  • La directive européenne Oiseaux interdit clairement de chasser les oiseaux durant la migration de retour sur les sites de reproduction.
    • En février, les oies sont en migration vers leurs sites de reproduction. Et le Conseil d’Etat a annulé tous les arrêtés successivement pris pour prolonger leur chasse au-delà de fin janvier. Voir par exemple notre publication de 2016. Selon les plus récentes données sur la chronologie des migration des oies, validées par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, leur migration débute dès la 3ème décade de janvier, soit à partir du 20 janvier.
      • Aucune autre espèce d’oiseau migrateur n’est chassée en février et chasser les oies perturberait ces autres espèces en migration
  • En Europe, l’Oie cendrée se répartit en trois unités de populations distinctes.
    • Une unité de population sédentaire aux Pays-Bas, en Belgique, et en Allemagne ;
    • Deux unités migratrices, l’une en Suède et l’autre en Norvège et qui hivernent en France et en Espagne. Les oiseaux présents en France, en transit ou en hivernage, proviennent bien des entités migratrices d’oies cendrées (de Norvège et de Suède) et n’ont rien de commun avec ceux qui posent problème aux Pays-Bas.

Donc chasser les oies en février en France ne résoudra pas le problème (réel) des dégâts causés par les oies sédentaires aux Pays-Bas. Dans notre pays, les dégâts d’oies à l’agriculture sont très peu signalés voire inexistants et ne nécessitent aucunement une prolongation de la chasse.

D’autres arguments pourraient être avancés:
- les chiffres avancés par le ministère sont obsolètes puisque la population actuelle des oies cendrées n’est pas de 1 200 000 individus mais de 960 000 !
- il existe d’importants risques de confusion des oies grises et cendrées…

A vous qui souhaitez contribuer par votre intervention à soutenir notre refus de la chasse des oies en février de rédiger votre propre plaidoyer.
Merci de vous faire leur avocat.

Tenez-nous informés de votre intervention.

Tags: ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus