23 novembre 2018 ~ 0 Commentaire

Le promeneur de la presqu’île, Jean-Luc Nativelle, Les Chemins du Hasard – Envoûtant !

nativelleMa critique sur Babelio : C’est l’histoire d’Antoine et Michelle, et de leur fils Julien, handicapé mental.  Une histoire qui pourrait être banale, si elle n’était pas tragique. Une histoire qu’Antoine raconte à son fils, ce qui, on le devine, lui permettra de faire son deuil…

L’intérêt du livre tient essentiellement à la façon dont Jean-Luc Nativelle a choisi de conter cette histoire :

- elle est ancrée dans un site, décrit avec précision au fil du récit d’Antoine, et en introduction à chaque chapitre. Le lecteur est immergé dans le village et dans les lieux du drame

- elle st éclairée par le regard des voisins ou des amis, qui ont une lecture décalée, différente de ce qu’a pu vivre le narrateur ; une sorte de vision à 360 degrés autour de lui.

Nativelle 4- enfin, on le comprend progressivement, elle constitue une sorte d’auto-analyse : le narrateur, le père, semble exprimer pour la première fois tout ce qu’il a vécu au cours de vingt-cinq années auprès d’un enfant handicapé, en compagnie d’une épouse qui se sent responsable et en deviendra dépressive et auto-destructrice.

L’écriture, et le mode de narration choisi, ne sont pas faciles d’accès. Mais rapidement on vit avec les personnages, qui pourraient être nos voisins. On est touché, ému, par les drames qu’ils vivent. On est pris dans le filet tissé par l’auteur, et on va jusqu’au bout de la lecture d’une seule traite.

Envoûtant !

 

 

Tags: ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus