12 novembre 2018 ~ 0 Commentaire

Humanité et Biodiversité – Vers une énorme pénurie de fruits et légumes ?

Publié dans Agriculture, forêt le 09.11.18
Capture

 A titre personnel, très sensible à ce que tous sur la planète aient accès à une alimentation saine et équilibrée, cet article m’a éclairé un peu plus sur certaines causes et contions qui font que ce n’est simplement pas possible et pas seulement pour des raisons individuelles simplement économiques ou d’accès, mais des raisons plus collectives, moins évidentes.

Alimentation mondiale : vers une énorme pénurie de fruits et légumes ?

Manger cinq fruits et légumes par jour, d’accord. Encore faut-il le pouvoir. Car d’après une nouvelle étude de l’université de Guelph au Canada, les mauvaises habitudes des consommateurs ne sont pas les seules en cause. Explications…

L’agriculture mondiale produit aujourd’hui l’équivalent de 2.750 calories par personne et par jour, largement de quoi nourrir tous les habitants de la planète. Même en prenant en compte 20 % de nourriture gaspillée au cours de la chaîne d’approvisionnement, on arrive à 2.200 calories, ce qui reste en théorie amplement suffisant. Le problème, c’est que cette production est complètement déséquilibrée par rapport aux besoins alimentaires. L’agriculture produit ainsi l’équivalent de douze parts quotidiennes de céréales, cinq parts de fruits et légumes, quatre parts de sucre, trois parts d’huiles végétales et graisses, trois parts de protéines et une part de produits laitiers. Les besoins alimentaires recommandés par le référentiel de l’université de Harvard sont eux de huit parts de céréales, quinze parts de fruits et légumes, zéro de sucre, une part d’huiles végétales et graisses, cinq parts de protéines et une part de produits laitiers.
(voir graphique – lien de la source à la fin de l’article)

Alors que les fruits et légumes devraient compter pour 50 % de notre alimentation, ils ne représentent que 8,6 % des terres agricoles ! Et encore, lorsque l’on parle de légumes, il s’agit à 40 % de tubercules, comme la pomme de terre ou le manioc. Autrement dit, encore des féculents qui viennent s’ajouter nutritionnellement parlant aux féculents déjà en surplus.

Les céréales et l’élevage massivement subventionnés

Pourquoi un tel décalage ? « Les aliments riches en carbohydrates, comme les céréales, sont relativement faciles à cultiver et nutritifs, ils ont donc été massivement encouragés pour atteindre l’indépendance alimentaire », explique Krishna Bahadur KC, l’auteur principal de l’étude. En France, un éleveur bovin touche en moyenne 46.105 euros par an et un exploitant de grandes cultures (blé, maïs…) 34.872 euros de subventions, soit respectivement 39 % et 15 % de leur exercice selon les statistiques 2016 du ministère de l’Agriculture. Un maraîcher touche lui à peine 9.559 euros soit 4 % de son exercice. De plus, les céréales concentrent la plus grosse partie des recherches scientifiques et agronomiques au détriment des fruits et légumes, délaissés par les chercheurs.

Le bœuf contre la carotte

Ce désolant constat est non seulement nuisible à notre santé mais aussi à la planète, révèle également l’étude. Si la production agricole coïncidait exactement avec les recommandations nutritionnelles, on économiserait ainsi 51 millions d’hectares de terres cultivables, car les fruits et légumes nécessitent moins d’espace. Néanmoins, il faudrait tout de même accroître la surface de terres consacrées au pâturage de 13 % pour augmenter le niveau de protéines animales.

Ces recherches rejoignent les conclusions de précédentes études montrant comment un régime trop riche en protéines affecte la planète. Mais convertir le monde entier aux poireaux et aux bananes n’est pas la solution, insistent les chercheurs. « L’élevage de bétail assure la survie de 987 millions de personnes dans le monde et beaucoup de terres utilisées par le pâturage ne sont pas susceptibles de servir à une production agricole », insistent les chercheurs. Une autre piste consiste à améliorer les rendements grâce à la technologie, par exemple en développant les fermes verticales urbaines ou la culture hydroponique. Pas sûr que cela soit suffisant pour doper les rendements de fruits et légumes de 8,7 % tous les ans, comme cela serait nécessaire pour atteindre les besoins nutritionnels correspondant à une population de 9,8 milliards d’habitants en 2050. En attendant, arrêter de subventionner la betterave à sucre et le maïs permettrait peut-être de régler une partie de l’équation.

Cet article a été rédigé par Céline Deluzarche d’après des informations d’une étude de l’université de Guelph au Canada comme indiqué en début d’article.

En anglais, beaucoup plus détaillé, l’étude en question : When too much isn’t enough: Does current food production meet global nutritional needs?

Tags: ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus