08 novembre 2018 ~ 0 Commentaire

Sous le toit du monde, Bernadette Pécassou, Editions Flammarion – Un Népal à l’opposé des clichés !

PecassouMa critique sur Babelio : Un livre prêté par des amis qui m’ont fait ainsi découvrir la belle écriture de Bernadette Pécassou.

Ashmi est une jeune paysanne que sa famille a envoyée à l’école à Katmandou ; une chance inouïe qu’elle mesure mieux chaque fois qu’elle rentre au village natal. Karan est un jeune français d’origine népalaise, qui revient au pays pour y diriger un journal et retrouver ses racines. La rencontre de ces deux idéalistes, dans un pays devenu « démocratique », provoquera le drame final.

L’histoire de nos deux héros est un excellent prétexte pour nous décrire un Népal à l’opposé des clichés soixante-huitards ou touristiques : un pays où la violence des guérillas entre maoïstes et monarchie a été remplacée par la corruption et la violence de la rue, où la richesse des trekkeurs occulte la misère des paysans, où le régime des castes reste souverain. On souffre pour, et avec, Ashmi, que l’éducation éloigne de ses racines, et Karan, qui ne retrouve pas les siennes, dans un Népal qu’il a idéalisé mais où la réalité est très différente du rêve et où la recherche de la vérité peut tuer.

PecassouBien sûr, nos deux héros ne sont que des condensés de toutes les failles de la modernisation, à marche plus ou moins forcée, d’un univers encore fondamentalement médiéval. Ils incarnent le choc que ressentent les exilés occidentalisés quand ils reviennent, porteurs de la « bonne parole », au pays, et le fossé que créent l’éducation et la culture dans un milieu où seule la valeur travail compte depuis des siècles et de millénaires. Mais on a envie de croire en eux, en leur chance de réussite dans la transformation du pays, en leur bonne étoile, malgré tous les pessimistes qui viennent tempérer leur enthousiasme.

Bernadette Pécassou décrit ses personnages, le pays et le contexte avec une plume qui sait s’adapter aux contours de l’histoire : une plume un peu crue face à la violence et au sordide ; une plume plus élégante et souriante devant les beautés de ce pays, qui en compte aussi ; une plume toujours très directe, qui n’essaie pas de gommer les réalités.

J’ai beaucoup aimé !

 

 

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus