26 juin 2018 ~ 0 Commentaire

Deux charognes (poème)

Deux charognes
 
 
migrantsIl avance pas à pas, vers la mer, son destin.
Il fuit soif et misère ; il fuit la pauvreté.
Marchant vers la richesse, pauvre naïveté.
Qu’elle semble accueillante, la rive qu’il atteint !
 
Fuite d’odieux massacres, engendrés par la guerre.
Elle en a vu des morts, torturés, mutilés.
A travers la Turquie, vers l’Europe adulée,
Puis la Grèce, les Balkans. Quelle est belle la Terre !
 
Son bateau échouera. Il ne verra plus terre.
En Méditerranée, des prédateurs se terrent.
Les poissons nécrophages l’avalent à jamais.
 
Que ces crêtes sont belles, que ces Alpes m’ont plu,
Se dit-elle en mourrant dans les neiges de mai.
Le rapace s’envole ; sa proie ne bouge plus.

Fontenay-aux-Roses, le 26 juin 2018

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus