30 août 2017 ~ 1 Commentaire

Point Reyes National Seashore

Cela aurait pu être une journée de m… !

La météo annonçait grand soleil toute la journée, 15° le matin et 26 l’après-midi. Journée idéale pour une grande randonnée à la pointe nord de la presqu’île, avec observation des cerfs dans la lande, et des phoques sur les rochers de la pointe.

Tout faux : la température n’a pas dépassé les 20° avant 16 heures ; le premier rayon de soleil est apparu à travers la brume à 15h, le second à 16h, et il n’y a plus de brume que depuis 16h30 ; et pour couronner le tout, un vent du nord, descendant tout droit d’Alaska, toute la journée !

Oui, vraiment, cela aurait pu être une journée de m… !

Et pourtant ce fut une excellente journée ! Comme quoi …

Pour planter le décor, le village où nous séjournons ressemble à un village d’ostréiculteur du Cap Ferret, avec les huîtres, mais sans les touristes ! Pour le relief et la végétation, ce serait plutôt la Bretagne, comme vous préférez, sud ou nord Finistère. Avec la météo du jour, c’était franchement un bout de lande au nord de l’Ecosse ! Pas mal non plus… mais plutôt inattendu ici. Seule différence, pas de moutons, mais des vaches.

IMG_0880[1]

Nous avons donc renoncé à notre grande balade, pour créer un nouveau concept : la randonnée fractionnée. C’est simple : des balades de 30 à 45 mn pour explorer les coins chouettes, séparées par des sauts de puce en voiture. Au total, près de 3h de marche, loin de ce qui était prévu quand même.

Pour commencer, la côte ouest : une plage de 15 kilomètres, bordée de dunes, balayée par le vend du nord et les vagues du Pacifique. Une merveille, où il est très déconseillé de se baigner ! Ce n’est pas nous que ça dérange le plus, et puis avec ce froid …

On ne saurait être trop prudent !

On ne saurait être trop prudent !

Le nord de la plage ouest

Le nord de la plage ouest

15 km de plage en enfilade !

15 km de plage en enfilade !

Après la plage ouest, la plage sud-ouest : un croissant de sable, de pas loin de 20km de long, bordé de falaises, qui servit d’abri aux corsaires anglais, au 17ème siècle, pour réparer leurs bateaux. D’où le nom de la plage, Drakes Beach, et l’ancien nom de la presqu’île, Nova Albion.

Sud de Drakes Beach

Sud de Drakes Beach

Nord de Drakes Beach

Nord de Drakes Beach

Nous déjeunons dans la partie nord de la plage, abrité du vent dans un patio du visitor center.

Nous rejoignons ensuite la bande de rochers, orientée plein sud, qui sépare les deux plages.

A l’extrémité est, un massif rocheux qu’on rejoint par un petit chemin menaçant de s’effondrer, les bases sapées par les vagues. Là, on est presque totalement entouré par l’eau. Si on a de la chance, les phoques se prélassent au pied des rochers ; nous n’avons pas eu de chance …

Dos à l'océan

Dos à l’océan

 

Battus par les vagues

Battus par les vagues

A l’extrémité ouest, une pointe rocheuse trapue, culminant à 150m. De là, vue magnifique sur les 15km de plage vers le nord (Cf. la photo précédente). Là, phénomène local, le vent est tellement fréquent (plus de 65km/h très souvent) et violent (pointes à plus de 160 km/h régulièrement), que les arbres ne poussent pas droit !

IMG_0866[1]

Les arbres ne poussent pas droit ! [1]

Les arbres ne poussent pas droit ! [2]

Les arbres ne poussent pas droit ! [2]

 

Près de la pointe, une résidence de vacances ; tellement isolée et loin de tout ! Pour amateur de solitude, ou porte-monnaie vide, sans doute …

Pour amateurs de solitudes, ou fauchés ?

Pour amateurs de solitudes, ou fauchés ?

Un peu plus loin, le phare, au ras de l’eau pour qu’on voit mieux sa lueur sous la brume.

Le phare

Le phare

Et puis, cerise sur le gâteau, une famille de cervidés, la mère, deux enfants d’un an et demi, et deux autres de six mois, qui se promène près de nous …

Cervidés en balade

Cervidés en balade

J’ajouterai que la presqu’ile n’est pas un cocon asseptisé. De nombreuses fermes anciennes (historic ranches) continuent l’élevage de vaches dans la lande et participent à entretenir la vie dans le parc. Un vrai plus !

Bon, pour terminer, il faut que je vous dise que ce matin, « à l’heure où blanchit la campagne » (V. Hugo), j’ai fait ma seconde sortie de préparation marathon : 1h d’endurance, sur la route qui mène au parc et sur un sentier qui va vers de petites plages à l’est de la presqu’île.

Pour ceux qui n’ont pas le temps de regarder un atlas, l’est de la presqu’île, c’est la faille de San Andréas, envahie par la mer sur une dizaine de kilomètres, puis par une ruisseau au milieu des marécages plus au sud. Au delà, nous irons voir demain ce qu’il y a !

Ce soir, le restaurant d’à coté étant fermé, nous sommes allés au village voisin, Point Reyes Station, dîner dans un restaurant italien : huîtres en entrée (ne valent pas celles de Marennes ou d’Arcachon !) et agneau (excellent !) ensuite. Bien, mais un peu cher et service en mode dillétente … Ne me paraît pas mériter sa référence dans le guide Michelin.

 

Une réponse à “Point Reyes National Seashore”

  1. Effectivement ça a des faux airs de pointe du raz/pointe du van… la longueur des plages et l »instabilité géologique en plus. Pas certain que je me serai senti très a l’aise sur cette presqu’île battu par le vent, coincée entre les vagues et la faille. Magnifique en tous cas, je pense que les conditions climatiques ont rendues la ballade plus authentique.


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus